Contacter le RP

Pour utiliser cette fonctionnalité, vous devez bénéficier d'un compte Babbler.

arrow_back

Babbler permet aux journalistes et communicants de collaborer plus simplement.

En vous connectant, vous pourrez accéder gratuitement aux espaces presse des centaines d'entreprises de vos secteurs qui sont sur Babbler, entrer en contact direct avec leurs équipes RP mais aussi y partager vos prochains sujets !

Leurs espaces presse sont sur Babbler :

Vous êtes à 1 clic de l'inscription !

Précédent

Content de vous revoir !

Communiqué de presse

Communiqué Fondation APICIL : 25ème journée plénière du congrès Pédiadol à l'UNESCO
timer minutes de lecture minute de lecture

Copier le lien
Le 6 décembre prochain se tiendra à l'UNESCO, la 25ème journée de la douleur de l'enfant ; une 25ème année pour diffuser les connaissances et progrès dans ce domaine et offrir aux professionnels un lieu d'échanges. Cette journée de plénières est encadrée de deux jours d'ateliers interactifs.
communique-fondation-apicil-25eme-journee-pleniere-du-congres-pediadol-a-lunesco

Cliquez sur l'image pour obtenir le format original

Si le message ne s'affiche pas correctement, téléchargez le communiqué de presse.



Le 6 décembre prochain se tiendra à l’UNESCO, la 25ème journée de la douleur de l’enfant ; une 25ème année pour diffuser les connaissances et progrès dans ce domaine et offrir aux professionnels un lieu d’échanges. Cette journée de plénières est encadrée de deux jours d’ateliers interactifs.


LES ENJEUX DE PÉDIADOL

Le Congrès Pédiadol est un moment unique permettant aux professionnels de la santé et de l’enfance de réfléchir ensemble à des solutions pour une prise en charge de la douleur moderne et innovante. Cette tribune permet de promouvoir les bonnes pratiques mais aussi d'alerter sur les risques de régression actuellement en France.

AGIR ENSEMBLE CONTRE LA DOULEUR

La douleur chez l’enfant, il y a 30 ans, était absente et « n’existait pas » dans la pratique médicale. C’est grâce à l’engagement de professionnels de santé, en particulier au sein du groupe d’experts Pédiadol, que l’on peut aujourd’hui mieux comprendre et mieux soulager la douleur chez l’enfant et à tous les âges de la vie.


CONTEXTE

Un véritable « livre noir » retrace les actes invasifs ou chirurgicaux qui ont été couramment pratiqués sans la moindre anesthésie et « sans scrupule » chez l’enfant à cette époque.

Aujourd’hui, la prise en charge de la douleur est officiellement reconnue. Les facultés de médecine, les écoles paramédicales doivent l’enseigner, les hôpitaux doivent rendre des comptes lors de la certification sur les moyens (formations, Comités de lutte contre la douleur, protocoles, traçabilité de l’évaluation…) mis en oeuvre pour la prise en charge de la douleur. De nombreuses publications témoignent des progrès de nos connaissances (évaluation, médicaments, traitements non pharmacologiques…).

Pourtant, ces progrès ne sont pas partagés par tous : des équipes restent « sur la touche », d’autres

régressent. Alors que dans certains services de nombreux moyens sont mis en place pour la douleur provoquée par les soins (présence des parents, information, solutions sucrées pour les plus petits, MEOPA, antalgiques, hypno-analgésie, distraction...), ailleurs, trop d’enfants sont encore exposés à la violence des soins (utilisation de contention physique massive).

La résistance au changement, le déni et l’inertie demeurent des freins trop présents. Le besoin de

sensibilisation reste d’actualité car les « mauvaises habitudes » sont toujours plus fortes que les « bonnes ».


Au total un bilan positif, des avancées réelles, des connaissances approfondies, des traitements efficaces mais ces progrès restent fragiles, les pratiques restent trop variables.


"Nous savons que cette belle ‘‘panoplie’’ ne peut qu'être mise en œuvre par des êtres humains motivés, suffisamment disponibles et empathiques. " Pr Daniel ANNEQUIN.

La Fondation APICIL travaille en étroite collaboration avec Pédiadol, notamment dans l’organisation globale de l’événement par la présence de médecins de son Conseil Scientifique. Elle soutient et accompagne pour la 3ème année consécutive cet événement en accordant une bourse aux inscriptions de 5 000 €, pour permettre la participation au congrès de personnes qui n’auraient pu y assister pour des raisons financières (étudiants, aides-soignantes…). La Fondation APICIL est présente le jeudi 6 décembre à l’Unesco, notamment pour mettre à disposition des soignants des réglettes « EVENDOL ». EVENDOL est une échelle d’évaluation de la douleur basée sur l’observation du comportement. À l’aide de 5 critères, elle permet de mesurer l’intensité de la douleur des jeunes enfants, de la naissance à 7 ans, quel que soit le type de douleur : aiguë (avec cris et agitation) ou prolongée (avec retrait et atonie psychomotrice). Ce dispositif est né à la demande du Dr Elisabeth Fournier-Charrière, pédiatre au CHU Trousseau, AP-HP. Les réglettes Evendol sont mises à disposition gratuitement, sur simple demande.


LE 25ÈME CONGRÈS PÉDIADOL SE DÉROULERA DU 5 AU 7 DÉCEMBRE 2018 À PARIS.

Ce congrès réunit les acteurs de la prise en charge de la douleur de l’enfant en France, avec le soutien de la Fondation APICIL. Pédiadol propose des ateliers, cours supérieurs et conférences mêlant nouveautés de la recherche médicale en soins, pratiques innovantes et efficaces de prise en charge de la douleur de l’enfant, actualisation des connaissances sur le traitement de la douleur, la réflexion sur les techniques et l’éthique des soins… Ce congrès est un lieu de rencontre et d’échanges au travers des ateliers animés par des binômes de professionnels (médecins, infirmières, psychologues) et abordés en favorisant l’interactivité. (PDF du programme à télécharger).


Cette 25ème édition mettra l’accent sur un état des lieux de 25 ans de diffusion de recommandations sur les antalgiques en pédiatrie… Quels bénéfices, quels risques, quelles peurs ? 25 ans de protocoles pour prévenir la douleur provoquée par les soins... et pourtant il existe encore trop de phobies des soins. 25 ans de recherches et de réflexion sur les douleurs des nouveau-nés et leurs conséquences… et malgré cela encore bien trop de gestes douloureux en salle de naissance et en néonatalogie.


ALERTER SUR LES RISQUES DE MÉSUSAGE, LA PEUR D’UTILISER CERTAINS MÉDICAMENTS.

Les antalgiques donnent lieu à des peurs infondées qui en limitent l’utilisation.

L’ibuprofène, bien qu’il soit recommandé par la HAS comme un des antalgiques les plus efficaces comme alternative à la codéine, est sous-utilisé en pédiatrie. Il demeure spécifiquement en France un produit sous utilisé en raison de risques largement surestimés par certains professionnels. Cette peur est une particularité française, ce médicament est largement utilisé ailleurs dans le Monde.


Les morphiniques, les opiacés puissants risquent rapidement de connaitre en France la défiance majeure qui existe aux USA en raison des dizaines de milliers de décès liés à ces produits prescrits majoritairement pour la douleur chronique. Il existe un risque réel de régression, qui peut ramener à une situation de 30 ans en arrière où les patients et plus particulièrement les enfants faute de ces antalgiques étaient exposés aux douleurs les plus sévères. Il est nécessaire de faire comprendre aux professionnels de santé le double statut de ces produits.


Deux types de messages doivent ainsi cohabiter. La morphine et les opiacés demeurent les produits de référence pour traiter les douleurs aiguës et intenses : chirurgie, traumatologie, brûlure, cancer, fin de vie, actes invasifs, réanimation…Le risque de mésusage y est exceptionnel : dans ce domaine, les acteurs de la santé de l’enfant doivent redonner leur place aux médicaments antalgiques, y compris les morphiniques, trop souvent absents des prescriptions. Par contre, un risque réel existe lors de l’utilisation prolongée de ces produits dans la douleur chronique non cancéreuse. La douleur chronique non cancéreuse, souvent d’origine psychosomatique, nécessite une prise en charge pluri disciplinaire et pluri professionnelle.


L’inhalation pendant 3 minutes du Mélange Oxygène Protoxyde d’Azote (MEOPA) (ou « gaz hilarant ») permet de réaliser simplement, sans douleur et sans peur une majorité de soins et d’actes douloureux. L’utilisation du protoxyde d’azote questionne certains professionnels sur les éventuels risques pour la santé des soignants qui y sont exposés sur les risques de mésusage pour les patients qui peuvent développer une appétence pour le produit et sur les risques pour la planète (gaz à effet de serre). Les réponses à ces interrogations permettent parfaitement d’allier efficacité et sécurité.


LA MÉMOIRE DE LA DOULEUR

La conférence inaugurale du Pr Bernard Laurent éclairera sur les effets à moyen et long terme de la douleur sur la mémorisation mais aussi sur les liens avec les émotions, le contexte, la culture et comment la plasticité cérébrale peut ou non s’y adapter.


L'ENFANT PHOBIQUE DES SOINS

Un certain nombre enfants exposés préalablement à des soins, à des actes douloureux ou stressants vont développer lors de leurs rencontres ultérieures avec les blouses blanches des comportements d’agitation, voire de panique, qui vont générer de la part des soignants une contention souvent massive qui va elle-même renforcer ces comportements phobiques de l’enfant. Mieux comprendre les mécanismes permet bien souvent d’en limiter largement l’étendue.


Des équipes impliquées mettent en place des méthodes de soins permettant de limiter au maximum la douleur provoquée par les soins, et de prévenir le cercle vicieux de la mémorisation et de l’installation de phobie. Elles présenteront leurs travaux en chirurgie, chez l’enfant polyhandicapé, en radiologie, en maternité ou en néonatalogie

Pour plus d'informations, téléchargez le communiqué de presse


CONTACTS


PÉDIADOL

Pr Daniel ANNEQUIN

Psychiatre, médecine de la douleur enfant adolescents au Centre Pluralis et Centre de la migraine et de la douleur-Hôpital d’enfants Armand Trousseau, AP-HP

06 80 25 86 74 - annequindaniel@yahoo.fr


Dr Barbara TOURNIAIRE

Pédiatre – PH Unité Douleur et Centre de la migraine de l’enfant

Hôpital d’enfants Armand Trousseau, AP-HP

01 44 73 65 19 ou 66 16

barbara.tourniaire@gmail.com


FONDATION APICIL

Nathalie AULNETTE

Directrice de la Fondation APICIL

21 place Bellecour, 69002 LYON

Tél : 06 84 26 54 26 - 04 78 38 44 70

www.fondation-apicil.org


ATTACHEE DE PRESSE

Wilma ODIN-LUMETTA

Agence Buro2Presse

Tél : 06 83 90 25 64

wilma.odin@buro2presse.com

 

  • Grossesse - Famille
  • Innovation - e-Santé
  • Médecine
  • Santé

Autres actualités de la marque

inscrit avec succès

Félicitations, vous êtes inscrit sur BABBLER !

Pour découvrir dès maintenant toutes les actualités qui vous attendent sur Babbler, consultez votre newsfeed !

Vos domaines ont été préselectionnés. Vous pouvez les compléter en cliquant ici

  • Grossesse - Famille
  • Innovation - e-Santé
  • Médecine