Contacter le RP

Pour utiliser cette fonctionnalité, vous devez bénéficier d'un compte Babbler.

arrow_back

Babbler permet aux journalistes et communicants de collaborer plus simplement.

En vous connectant, vous pourrez accéder gratuitement aux espaces presse des centaines d'entreprises de vos secteurs qui sont sur Babbler, entrer en contact direct avec leurs équipes RP mais aussi y partager vos prochains sujets !

Leurs espaces presse sont sur Babbler :

Vous êtes à 1 clic de l'inscription !

Précédent

Content de vous revoir !

Communiqué

Enquête : Comment votre cerveau se dope-t-il au mignon ?
timer minutes de lecture minute de lecture

Copier le lien
En 2019, on compte sur le réseau social Instagram plus de 510 millions de publications arborant le hashtag #cute. Il existe pourtant 10 fois plus d'études sur la peur que sur le « mignon ».
<p>La Science du Mignon - faireparterie</p>

Cliquez sur l'image pour obtenir le format original

La Science du Mignon - faireparterie

Depuis les débuts d’Internet, le mignon (ou cuteness overload) est partout et pratiquement inévitable : filtres snapchat, gifs de chatons, kawaii... Malgré son omniprésence, les chercheurs affirment que cette émotion est difficilement définissable et qu’elle affecte de manière unique les neurones et la manière de penser de chacun.


À travers diverses études scientifiques, la faireparterie propose d’explorer le mignon sous toutes ses facettes.


Découvrez l’enquête complète ici : https://www.faireparterie.fr/science-du-mignon/  


Faits intéressants :

  • 80 % de études animales sont consacrées aux êtres vivants mignons, les animaux jugés « moches » n’attirent que peu de dons. En Angleterre, l'association "Ugly Animal Preservation Society" sensibilise depuis 2012 à l'extinction des animaux moches.
  • Le visionnage de vidéos mignonnes constitue une perte de temps bénéfique, puisqu’elles augmentent la concentration de 30 à 50 % et accroissent la productivité.
  • L’engouement pour le mignon affecte nos décisions d’achat mais également nos choix en termes d’animaux de compagnie : les carlins ont développé 38 fois plus de risques de souffrir de maladies cardio-vasculaires et respiratoires, mais continuent d’être élevés pour leur popularité.
  • L’ « agressivité mignonne », ou « gigil » est un phénomène qui est familier à 75 % de la population. Ce phénomène serait dû à la frustration de ne pas pouvoir s’occuper de l’être mignon autant que l’on souhaite.


L’enquête interactive permet également aux internautes d'utiliser un bouton de vote et donner leur avis quant à leur perception de ce qui est mignon. À titre d’exemple, 32 % des internautes ont répondu qu’ils ont déjà souvent eu envie de « croquer un chaton ». Par ailleurs, 46 % ont avoué avoir déjà regardé des vidéos d’animaux mignons sur leur lieu de travail.

 

Contact : Raffaele Parietti, peakace@faireparterie.fr

inscrit avec succès

Félicitations, vous êtes inscrit sur BABBLER !

Pour découvrir dès maintenant toutes les actualités qui vous attendent sur Babbler, consultez votre newsfeed !

Vos domaines ont été préselectionnés. Vous pouvez les compléter en cliquant ici