Contacter le RP

Pour utiliser cette fonctionnalité, vous devez bénéficier d'un compte Babbler.

arrow_back

Babbler permet aux journalistes et communicants de collaborer plus simplement.

En vous connectant, vous pourrez accéder gratuitement aux espaces presse des centaines d'entreprises de vos secteurs qui sont sur Babbler, entrer en contact direct avec leurs équipes RP mais aussi y partager vos prochains sujets !

Leurs espaces presse sont sur Babbler :

Vous êtes à 1 clic de l'inscription !

Précédent

Content de vous revoir !

Communiqué de presse

Trong Gia Nguyen à La Patinoire Royale | Galerie Valérie Bach
timer minutes de lecture minute de lecture

Copier le lien
L'artiste déconstruit le Rêve Américain en le superposant à un paysage vietnamien tout aussi élégiaque, jusqu'au 8 juin 2019
<p>Cracked Mobile #1, 2018 Fer et Peinture 106 x 186,2 cm</p>

Cliquez sur l'image pour obtenir le format original

Cracked Mobile #1, 2018 Fer et Peinture 106 x 186,2 cm

This House Is Falling Upwards through a Hole in (do) China, la première exposition personnelle de Trong Gia Nguyen organisée à la galerie. Actuellement installé au Vietnam, l’artiste présentera des sculptures et travaux en deux dimensions, des objets caractérisés par l’idée d’obstruction. Si, en surface, ils possèdent des qualités esthétiques incontestables, les travaux évoquent également une notion sous-jacente de déclin social.

L’artiste déconstruit le Rêve Américain en le superposant à un paysage vietnamien tout aussi élégiaque. Dans la ville de Ho Chi Minh, ou Saigon pour les locaux, la croissance économique rapide est responsable d’une profusion de projets de développement complètement irréfléchis, entraînant l’érosion massive du tissu social et architectural qui caractérisait la ville et lui donnait son charme désuet. This House Is Falling Upwards through a Hole in (do) China s’est construit autour de plusieurs projets entrecroisés entrepris en 2015, lorsque l’artiste qui était jusque là installé à New York est revenu dans sa ville natale. Le spectateur se retrouve face au plan de construction déstructuré d’une maison, avec ses fenêtres, ses murs, une porte, une clôture et une boîte aux lettres. Une série de fenêtres rappelle les grillages stylisés en fer forgé qui ornent les maisons coloniales, mais se différencie par l’utilisation du bois, un matériau qui évoque la fragilité. Elles dépeignent des fragments à peine visibles de scènes aussi idylliques que morbides, du coucher de soleil aux Champs de la Mort.

S’opposant aux motifs géométriques traditionnels, une deuxième série de fenêtres imite les fissures caractéristiques des écrans brisés de Smartphones. Réalisées en fer forgé, elles deviennent de véritables réflexions métaphoriques de ces “miroirs sombres” que nous avons tous introduits dans nos foyers et notre quotidien. Nos téléphones assurent la médiation de nos vies, alors que les fenêtres fissurées de Nguyen nous transportent vers la réalité physique et désordonnée de la vie quotidienne. Elles sont encadrées de structures de bois et de plâtre fissurées. Ces structures sont également des réminiscences architecturales, peut-être celles d’un futur proche terriblement prévisible.

Installée au fond de la galerie se dresse une porte possédant un battant à charnière destiné à la circulation des animaux domestiques. L’artiste détourne la fonction première de l’objet en installant la charnière verticalement, permettant au battant de s’ouvrir comme une réplique miniature de porte ordinaire, alors que la porte principale se balance d’avant en arrière lorsqu’un visiteur essaie de la franchir. Six6Sicks donne à voir une barrière hexagonale dont les planches de bois verticales sont positionnées pour former plusieurs “hashtags”. Véritable pied de nez à la clôture blanche, icône et symbole du Rêve Américain, la barrière de Nguyen se referme sur elle-même. Elle ne permet ni l’entrée ni la sortie, et projette une ombre métallique impossible en son centre. Chacun des six modules est peint dans une différente teinte de “yellow skin”. Six6Sicks présage, au même titre que tous les autres travaux de Nguyen présentés dans l’exposition, une ère d’angoisse collective; parfois balayée par des moments d’absurdité étrangement familiers. Quel monde sommes- nous en train de créer, et à quoi devons-nous absolument mettre fin?

Autres actualités de la marque

inscrit avec succès

Félicitations, vous êtes inscrit sur BABBLER !

Pour découvrir dès maintenant toutes les actualités qui vous attendent sur Babbler, consultez votre newsfeed !

Vos domaines ont été préselectionnés. Vous pouvez les compléter en cliquant ici