Contacter le RP

Pour utiliser cette fonctionnalité, vous devez bénéficier d'un compte Babbler.

arrow_back

Babbler permet aux journalistes et communicants de collaborer plus simplement.

En vous connectant, vous pourrez accéder gratuitement aux espaces presse des centaines d'entreprises de vos secteurs qui sont sur Babbler, entrer en contact direct avec leurs équipes RP mais aussi y partager vos prochains sujets !

Leurs espaces presse sont sur Babbler :

Vous êtes à 1 clic de l'inscription !

Précédent

Content de vous revoir !

Communiqué de presse

LE MIN DE GRENOBLE SOUTIENT LE 1er CAP PRIMEUR !
timer minutes de lecture minute de lecture

Copier le lien
le-min-de-grenoble-soutient-le-1er-cap-primeur

Cliquez sur l'image pour obtenir le format original

Le Marché d’Intérêt National de Grenoble s’investit auprès de l’ENILV

pour la mise en place de la 1ère promotion du CAP Primeur en septembre 2018


La création d’un CAP est aujourd’hui exceptionnelle. L’ensemble de la filière des fruits et légumes se mobilise pour participer à la réussite du CAP Primeur qui verra le jour à la rentrée prochaine dans cinq établissements en France, à : Grenoble, Lyon, Paris, Orléans et Amiens.

Lors d’une réunion de travail, ce mardi 13 février 2018 dans les locaux de l’ENILV (Ecole Nationale des Industries du Lait et des Viandes) à Pont de Claix, l’ensemble du cahier des charges pour la mise en place du CAP Primeur a été étudié, en présence de (de gauche à droite) : Hervé Bouloux (Directeur du CFPPA/UFA ENILV), Maxime Lafranceschina (Administrateur Saveurs Commerce et MOF Primeur à Seyssinet-Pariset), Bernard Colonel-Bertrand (Directeur du MIN de Grenoble), Salima Djidel (Présidente du MIN de Grenoble), Sergio Da Rocha (Responsable du développement à Saveurs Commerce), Catherine Vallegeas (Responsable de l’apprentissage à l’ENILV), Julien Karamitros (Responsable de l’antenne ENILV Pont de Claix).

UNE FORMATION QUALIFIANTE pour tirer la profession vers le haut

La filière des fruits et légumes peine à recruter. Selon Sergio Da Rocha, 60% des primeurs ne trouvent pas de profils dotés des compétences qu’ils recherchent. Bernard Colonel-Bertrand fait le même constat du côté des grossistes du MIN de Grenoble. Alors que du côté des consommateurs la demande évolue vers plus de conseil, de réassurance et de service, de l’autre, l’activité reste parfois souvent sur d’anciens schémas.


  Le temps où le « marchand de légumes » transmettait son affaire « de père en fils » se perd. Aujourd’hui, le métier est reconnu, il a un nom - « primeur » -, et évolue rapidement. Les normes d’hygiène et de sécurité se renforcent, l’approvisionnement se remodèle avec les enjeux des circuits courts et du développement durable, la commercialisation des produits ajoute le numérique à sa branche. Un ensemble de compétences qui tend à valoriser le métier, en le professionnalisant et tout en conservant les spécificités liées à chaque région. Et c’est bien là-dessus que Maxime Lafranceschina porte ses efforts en accompagnant le projet. En tant que professionnel titré un des Meilleurs Ouvriers de France Primeur en 2015 et gérant de l’entreprise familiale « Les Halles Charly » à Seyssinet-Pariset, il sait quelle dimension donner au métier, et comment. Lui qui forme déjà des jeunes et participe à de nombreuses actions, il sent que la « nouvelle génération » de primeurs sera la clé. Salima Djidel en est persuadée, « c’est aujourd’hui que ça se joue ! ».


UNE STRATÉGIE COMMUNE de la filière pour la pérennité de la formation

Le maillage territorial est primordial à la réussite de la formation CAP Primeur qui cherche à s’implanter près des marchés de gros. « Car là où il y a des MIN, il y a de l’emploi » affirme Hervé Bouloux.

Le CAP Primeur formera des jeunes destinés à la fois aux réseaux grossistes et détaillants. Pour Catherine Vallegeas, c’est toute la force de cette formation : apporter une expérience croisée et un enrichissement mutuel au sein de la promotion. Saveurs Commerce comme l’ENILV tiennent à garder un équilibre dans le type d’entreprises accueillant les apprentis primeurs (grossiste/détaillant indépendant/grande et moyenne surface), ajoute Julien Karamitros. Au-delà de l’aspect création d’emplois, tous les acteurs s’accordent à dire que ce programme va au-delà de former de nouveaux primeurs. Ce sont ces jeunes eux-mêmes qui vont professionnaliser la filière, en apportant chez leurs employeurs les bonnes pratiques. Maintenant « il faut faire prendre la mayonnaise » !

Le travail continue pour consolider le programme à l’ENILV et faire connaître aux entreprises comme aux jeunes de la région (Isère, Drôme, Savoie, Haute-Savoie) cette nouvelle formation.


A PROPOS du CAP Primeur

Après un an de travail pour construire son référentiel, le CAP Primeur a été validé ce mercredi 31 mai 2017 par la Commission Professionnelle Consultative et le 4 Juillet 2017 à travers un arrêté du Ministère de l’Éducation Nationale. Il pourra donc démarrer dès la rentrée 2018. C’est un aboutissement pour Saveurs Commerce qui porte ce projet aux côtés de l'ensemble des acteurs de la filière des fruits et légumes depuis 2012 afin que le métier de Primeur et le savoir-faire derrière les rayons soient enfin reconnus par un diplôme de l’Éducation Nationale. Le contenu du référentiel du CAP a été élaboré par des primeurs ainsi que des professionnels de la filière des fruits et légumes, des ingénieurs agronomes et des personnalités qualifiées du Ministère.

Ø Un Diplôme de niveau V accessible en deux ans.

Ø Une formation composée de deux blocs de compétences professionnelles : Approvisionnement, stockage et préparation des fruits et légumes / Mise en valeur et vente des fruits et légumes.

Ø L’apprentissage repose sur le principe de l’alternance entre enseignement théorique en centre de formation d’apprentis (CFA) et enseignement du métier chez l’employeur.

www.unfd.fr


A PROPOS de l’ENILV

L’Ecole Nationale des Industries du Lait et des Viandes, implantée à la Roche sur Foron (Haute-Savoie) et Pont-de-Claix (Isère), c’est :

  • 85 ans d'expérience au service de plus de 5000 anciens élèves et de nombreuses entreprises alimentaires.
  • Une compétence scientifique et technique reconnue et appréciée pour répondre, depuis 1932, aux besoins des entreprises laitières puis à ceux des autres secteurs alimentaires, du commerce alimentaire, de la restauration et du laboratoire.
  • Une École intégrant une entreprise réelle insérée dans le marché, lieu des apprentissages pratiques et techniques, pour une insertion réussie dans un monde professionnel en plein essor.


A PROPOS du MIN de Grenoble

Né en 1963, le MIN a pour but de valoriser les productions maraîchères et alimentaires locales et de favoriser les circuits courts, tout en assurant une offre diversifiée et complète avec des grossistes et producteurs locaux présents chaque jour sur 15000 m² de halle. Le MIN de Grenoble dessert tout le bassin grenoblois et Sud Isère, c’est un nœud stratégique de la distribution alimentaire auprès des professionnels du commerce alimentaire sédentaire et non sédentaire, des métiers de bouche et de la restauration collective.

  Adresse : 117-127, rue des Alliés 38000 Grenoble - www.min-grenoble.fr



  • B2B
  • Business
  • Food
  • Innovation

Autres actualités de la marque

inscrit avec succès

Félicitations, vous êtes inscrit sur BABBLER !

Pour découvrir dès maintenant toutes les actualités qui vous attendent sur Babbler, consultez votre newsfeed !

Vos domaines ont été préselectionnés. Vous pouvez les compléter en cliquant ici

  • B2B
  • Business
  • Food