Contacter le RP

Pour utiliser cette fonctionnalité, vous devez bénéficier d'un compte Babbler.

arrow_back

Babbler permet aux journalistes et communicants de collaborer plus simplement.

En vous connectant, vous pourrez accéder gratuitement aux espaces presse des centaines d'entreprises de vos secteurs qui sont sur Babbler, entrer en contact direct avec leurs équipes RP mais aussi y partager vos prochains sujets !

Leurs espaces presse sont sur Babbler :

Vous êtes à 1 clic de l'inscription !

Précédent

Content de vous revoir !

Communiqué

Les analyses du microbiote intestinal sont fiables.
timer minutes de lecture minute de lecture

Copier le lien
Suite à la publication de multiples articles reprenant le communiqué de presse de la Société nationale française de gastro-entérologie, jugeant les tests du microbiote «sans intérêt clinique», Stanislav Dusko Ehrlich répond.

Cliquez sur l'image pour obtenir le format original

Bien que critiqués par certains professionnels de santé, les tests de microbiote intestinal sont utiles pour les personnes en bonne santé, puisqu’ils permettent de déceler, en premier lieu l’appauvrissement de sa biodiversité. Cet appauvrissement, constaté dans tous les pays industrialisés où les études ont été conduites, dont la France, touche près d’un quart de la population saine. Il est associé au risque de développer des maladies chroniques graves, telles que le diabète, des pathologies hépatiques et cardiovasculaires ainsi que différentes formes de cancer. Identifier le risque que l’on court est le préalable pour le prévenir.

Faut-il se méfier de ces tests par leur manque de fiabilité ? Au contraire, ils sont très fiables s’ils sont conduits dans les règles de l’art. Des recommandations ont été élaborées en ce sens par un consortium International (International Human Microbiome Standards). Ils sont accessibles à tous (http://www.microbiome-standards.org/#SOPS).

Mais comment faire pour réduire le risque, une fois repéré ? Des études scientifiques s’accordent sur l’importance de l’alimentation dans la perte de la biodiversité du microbiote intestinal. Une alimentation diversifiée, notamment par un apport adapté en fruits et légumes, est associée à une biodiversité élevée. Une alimentation renforcée en fibres, sucres lents et protéines, et contenant moins de graisses peut quant à elle restaurer en quelques semaines, une bonne partie de la biodiversité appauvrie. Avec l’aide de nutritionnistes, les personnes présentant des risques pourraient ainsi diminuer l’appauvrissement de leur biodiversité.

L’état de la diversité du microbiote intestinal nous renseigne sur la sévérité et l’évolution de la maladie, voire sur la réponse aux traitements pour certaines pathologies. Un médecin alerté et averti pourrait, dès aujourd’hui, y trouver des bénéfices pour son patient. En parallèle, lorsque les avancées de la science du microbiote permettront d’interpréter de manière encore plus fine les liens entre santé et microbiote, les résultats d’un test effectué aujourd’hui aideront à comprendre l’évolution de la maladie, à l’image de l’utilité d’un électrocardiogramme, même ancien, aujourd’hui.  

Pour finir, en tant que pionnier de la science du microbiote humain, je recommande vivement à toute personne qui peut se le permettre de faire le test dès aujourd’hui. Apprendre que l’on présente des risques permet d’agir en conséquence. Il est vrai que les tests, s’ils sont conduits selon les recommandations de l’International Human Microbiome Standards, ont un coût élevé. Mais il est plus sage et moins coûteux, physiologiquement, physiquement et financièrement de prévenir les risques plutôt que de traiter des maladies graves.


Stanislav Dusko Ehrlich, Directeur de Recherche Emérite de l’INRA

Autres actualités de la marque

inscrit avec succès

Félicitations, vous êtes inscrit sur BABBLER !

Pour découvrir dès maintenant toutes les actualités qui vous attendent sur Babbler, consultez votre newsfeed !

Vos domaines ont été préselectionnés. Vous pouvez les compléter en cliquant ici