Contacter le RP

Pour utiliser cette fonctionnalité, vous devez bénéficier d'un compte Babbler.

arrow_back

Babbler permet aux journalistes et communicants de collaborer plus simplement.

En vous connectant, vous pourrez accéder gratuitement aux espaces presse des centaines d'entreprises de vos secteurs qui sont sur Babbler, entrer en contact direct avec leurs équipes RP mais aussi y partager vos prochains sujets !

Leurs espaces presse sont sur Babbler :

Vous êtes à 1 clic de l'inscription !

Précédent

Content de vous revoir !

Communiqué

Maladie de Lyme chronique : info ou intox
timer minutes de lecture minute de lecture

Copier le lien
La maladie de Lyme est une maladie vectorielle et une zoonose (maladie infectieuse touchant l'être humain et de nombreux animaux). Transmise par piqûre de tiques dures Ixodes, c'est une maladie bactérienne, due à une borrélie (Borrelia burgdorferi, au sens étroit, prédominante en Amérique du Nord).
<p>Maladie de Lyme</p>

Cliquez sur l'image pour obtenir le format original

Maladie de Lyme

La maladie de Lyme est une maladie vectorielle et une zoonose (maladie infectieuse touchant l'être humain et de nombreux animaux). Transmise par piqûre de tiques dures Ixodes, c'est une maladie bactérienne, due à une borrélie (Borrelia burgdorferi, au sens étroit, prédominante en Amérique du Nord).

Dans près de 90 % des cas, elle est traitée efficacement par une antibiothérapie de 2 à 4 semaines. Non traitée, elle peut évoluer sur plusieurs années en passant classiquement par trois stades plus ou moins différenciés, parfois entrecoupés de périodes de latence et pouvant se chevaucher pour certains symptômes.

Après une éventuelle phase dormante, la maladie peut, de manière aiguë ou chronique, prendre des formes plutôt cutanées, articulaires ou neurologiques.

- Stade 1 : 3 jours à 1 mois après la piqûre :

Le premier stade commence environ 3 jours après la piqûre d'une tique, et dure jusqu'à un mois environ. Il débute par une "tâche rouge et ronde de 5 cm environ et non douloureuse. Elle est centrée à l'endroit de la morsure de la tique, souvent avec un anneau autour de la tache centrale, comme une aréole". "L'ennui, c'est qu'il n'apparaît pas dans tous les cas, ou alors n'est pas remarqué, par exemple s'il apparaît sur le cuir chevelu, dans des endroits poilus ou dans le dos ". Cette lésion s'étend rapidement au bout de quelques jours mais disparaît en 7 jours environ si un traitement a été prescrit évitant ainsi l'apparition de complications.

- Stade 2 : quelques semaines à quelques mois plus tard :

"La phase secondaire commence de quelques semaines à quelques mois après la morsure, et n'apparaît qu'en l'absence de traitement antibiotique dans la première phase". Parmi les symptômes susceptibles de se produire au cours du deuxième stade de la maladie, on retrouve à la fois des symptômes neurologiques et rhumatologiques. Une faiblesse ou une fatigue commencent à apparaître, des raideurs articulaires intenses, des articulations inflammatoires, essentiellement au genou, mais aussi aux épaules, aux coudes et aux chevilles. Des maux de tête, de la faiblesse au niveau des muscles du visage, une irritation des yeux, des éruptions cutanées et parfois une irrégularité du rythme cardiaque.

- Stade 3 : une aggravation sur plusieurs années :

Au cours du stade 3 de la maladie de Lyme, "qui peut se prolonger pendant des années, les manifestations présentes au cours du stade 2 s'aggravent et deviennent chroniques". D'autres manifestations peuvent aussi apparaître. Une méningite lymphocytaire peut également s'observer ainsi qu'une atteinte des nerfs crâniens avec une paralysie faciale périphérique. Peuvent ainsi survenir des troubles de la vue, de l'orientation et de la concentration, "mais aussi des pertes de mémoire, des épisodes agressifs ainsi qu'une dépression. Des tests neurologiques peuvent prouver la perte de mémoire". La situation devient réellement critique lorsqu'il s'agit de traiter la maladie de Lyme pendant sa phase tardive (c'est-à-dire qui n'a pas été diagnostiquée ni traitée en phase primaire ou en phase secondaire et qui s'est donc installée pendant des mois voire des années en l'absence de traitement).

Cependant, les spécialistes ne sont pas unanimes. Sans entrer des les détails, si la bactérie est toujours présente dans votre organisme et continue ses dégâts, nous pouvons parler de chronicité. Mais, les interrogations doivent se diviser en deux avant de porter toute conclusion :

1. Si la bactérie est enfin éradiquée dans l'organisme ?

2. Si nous traitons et guérissons ensuite les pathologies opportunistes ?

Si les 2 conditions sont possibles et elles le sont ! Pouvons nous encore parler de maladie chronique ? Oui et non. Oui, dans le sens ou il faut éradiquer la bactérie de l'organisme, et le traitement des maladies opportunistes à guérir prendra parfois du temps en fonction de leurs gravités.

Non, partant du principe qu'il est possible de tuer définitivement la bactérie dans le sang et le système lymphatique et qu'il est possible de guérir, même avec du temps, les maladies adjacentes.

C'est toujours la même histoire qui se répète encore et encore. Des associations, institutionnelle ou non, resteront sur leurs idées pour qu'elles continuent à exister. Cela me rappelle le business du cancer. Pas vous ? Même si vous leurs proposez gratuitement de tester une synergie contre la bactérie sans aucun danger sur des volontaires, ils vous répondent que cela ne les intéresse pas, si si, je vous assure, nous en avons fait l'expérience. Pour ma part tout cela me semble bizarre et au lieu de réagir en fanatique, il serait plus qu'intéressant de pouvoir tous en discuter sérieusement, car de par mon expérience, la maladie de Lyme est guérissable !

Centre Résilience

Autres actualités de la marque

inscrit avec succès

Félicitations, vous êtes inscrit sur BABBLER !

Pour découvrir dès maintenant toutes les actualités qui vous attendent sur Babbler, consultez votre newsfeed !

Vos domaines ont été préselectionnés. Vous pouvez les compléter en cliquant ici