Contacter le RP

Pour utiliser cette fonctionnalité, vous devez bénéficier d'un compte Babbler.

arrow_back

Babbler permet aux journalistes et communicants de collaborer plus simplement.

En vous connectant, vous pourrez accéder gratuitement aux espaces presse des centaines d'entreprises de vos secteurs qui sont sur Babbler, entrer en contact direct avec leurs équipes RP mais aussi y partager vos prochains sujets !

Leurs espaces presse sont sur Babbler :

Vous êtes à 1 clic de l'inscription !

Précédent

Content de vous revoir !

Communiqué de presse

Poulehouse, la start-up qui ne tue pas les poules... ni les poussins !
timer minutes de lecture minute de lecture

Copier le lien

Cliquez sur l'image pour obtenir le format original

Poulehouse, la start-up qui ne tue pas les poules... ni les poussins ! En introduisant les 1 000 premiers poussins sexés in ovo en France, Poulehouse pousse encore plus loin le concept de l’œuf éthique.



Alors que depuis plus de 2 ans, Poulehouse sauve les poules de plus de 18 mois de l’abattage par manque de rendement, la start-up s’engage davantage pour le bien-être animal en accueillant les premiers poussins sexés in ovo le 17 avril 2019 dans sa ferme du Limousin. Elle s’est associée à l’entreprise allemande Seleggt pour mettre fin à cette pratique en identifiant le sexe des poussins directement dans l’œuf via la technique du « sexage in ovo » et ainsi éviter de tuer les poussins mâles à leur naissance.



La filière éthique de l’œuf est née !


Poulehouse, start-up créée en 2017 par Fabien Sauleman, Sébastien Neusch et Elodie Pellegrain, s’est fait connaître en sauvant les poules de l’abattoir et en leur offrant une douce fin de vie dans sa ferme du Limousin ou directement chez le producteur. Avec ses « œufs qui ne tuent pas les poules », Poulehouse propose un circuit où les consommateurs contribuent à la survie du modèle en acceptant de payer l’œuf 1 euro. Les œufs sont actuellement disponibles dans de nombreuses enseignes spécialisées bio et GMS. Depuis sa création, la start-up a déjà sauvé 12 000 poules et vendu 2 millions d’œufs.

Par ailleurs, toutes les poules accueillies par Poulehouse dans sa ferme pilote ou directement chez les éleveurs n’ont plus le bec épointé, contrairement à ce qui se pratique majoritairement dans la plupart des élevages.

Aujourd’hui, Poulehouse va encore plus loin en accueillant en France les premiers poussins issus de sexage in ovo dans sa ferme du Limousin.

En effet, chaque année, puisqu’ils ne pondront jamais d’œufs et qu’ils n’auront pas une croissance adaptée pour en faire des poulets de chair, des millions de poussins mâles sont tués à la naissance. L’étape au cours de laquelle on différencie visuellement les femelles des mâles est appelée le « sexage ». Les poussins femelles deviendront des poules pondeuses tandis que les poussins mâles seront éliminés par gazage ou broyage, puisque non valorisables, pour des raisons économiques.

Ainsi, « depuis 2 ans, nous avons prouvé qu’il est possible de commercialiser des œufs sans tuer les poules ni couper les becs. Aujourd’hui, nous montrons qu’il est également possible de ne pas tuer les poussins mâles à la naissance. La filière éthique de l’œuf est née ! », assure Fabien Sauleman.


Les œufs Poulehouse qui seront issus de ces poussins seront ensuite vendus à un prix de 6 euros la boîte de 6, le label ci-dessous permettant d’identifier facilement les œufs et même les produits issus de cette démarche excluant les abattages de poussins.


SELEGGT : le sexage in ovo non invasif, une solution techniquement à la pointe dans le respect du bien-être animal.


La société SELEGGT GmbH a été fondée en mars 2017 en Allemagne. Elle a pour objectif de mettre fin aux massacres de poussins dans la filière œuf à l’aide d’un sexage in ovo, c’est-à-dire à l’intérieur de l’œuf à couver.


La méthode SELEGGT consiste, au 9e jour d’incubation, à percer un petit trou d’un diamètre maximum de 0,3 millimètres dans la coquille de l’œuf à couver à l’aide d’un rayon laser. Par cet orifice, une minuscule quantité de liquide allantoïdien est prélevée dans l’œuf à couver. Ce prélèvement est non invasif et n’a donc pas de conséquences négatives pour l’œuf à couver. L’intérieur de cet œuf n’est pas touché et demeure indemne. Hors de l’œuf à couver, la goutte prélevée est mise en présence d’un réactif breveté. S’ensuit une réaction se traduisant par un changement de couleur univoque de l’échantillon. On reconnaît alors si l’œuf à couver est « mâle » ou « femelle ».

Schéma explicatif de la méthode fourni par l’entreprise SELEGGT GmbH


On sépare ensuite les œufs « mâles » des œufs « femelles ». Les œufs mâles seront intégrés à des préparations d’aliments pour animaux, ce qui permet leur valorisation économique en contribuant à nourrir des animaux d’élevage. Les œufs femelles poursuivent leur incubation. Au bout de 21 jours, seuls des poussins femelles voient le jour : les futures poules pondeuses à l’origine des œufs produits «Sans tuer de poussins mâles ».

En Allemagne, les premiers œufs produits « Sans tuer de poussins mâles » sont d’ores et déjà commercialisés depuis 6 mois.

« Nous nous réjouissons particulièrement que Poulehouse soit la première entreprise française à intégrer à sa gamme, grâce à la méthode SELEGGT, des œufs produits ‟Sans tuer de poussins mâlesˮ. L’association de nos deux projets garantit le niveau le plus élevé de bien-être animal jamais atteint dans la filière œuf ! », déclare Dr. Ludger Breloh, PDG de la société SELEGGT GmbH.


Pour en savoir plus, rendez-vous sur : www.respeggt.com/fr/ 

  • Business
  • Com - Média
  • Communication
  • Food
  • + 5
  • Innovation
  • Innovation - R&D
  • Presse
  • Produit de grande distribution
  • Startup

Autres actualités de la marque

inscrit avec succès

Félicitations, vous êtes inscrit sur BABBLER !

Pour découvrir dès maintenant toutes les actualités qui vous attendent sur Babbler, consultez votre newsfeed !

Vos domaines ont été préselectionnés. Vous pouvez les compléter en cliquant ici

  • Business
  • Com - Média
  • Communication